Aïkido

L’Aïkido, un art martial moderne qui puise ses fondations dans des techniques très anciennes.
Créé à la fin des années 40, un art martial adapté au monde moderne.
Créé à la fin des années 40, un art martial adapté au monde moderne. Le fondateur de l’AIKIDO, Morihei UESHIBA (1883-1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d’arts martiaux du Japon de   l’époque (écoles de JUJITSU, d’escrime traditionnelle).
L’arrière-plan philosophique ou religieux (traditions Shinto, Zen, Tao) joua un rôle très important dans l’élaboration de cet art.A côté de ce retour aux sources de l’esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique à des notions plus modernes (recherche de la paix, fraternité, harmonie) et développa à partir de 1948 l’enseignement d’une discipline neuve et originale, qui commença dès 1950 à rayonner dans le monde entier, notamment en France.

 

Des techniques effectuées sans heurt et visant à canaliser, à contrôler l’adversaire

Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaire(s), armé(s) ou non.
Techniques au sabre (bokken), au bâton (jo), au couteau (tanto).
Techniques de concentration, de respiration.
Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire, l’amenant à une chute et/ou une immobilisation.
Il s’agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l’adversaire, de les utiliser sans rentrer en opposition avec eux.

 

Les armes :

Les armes

Jo : le bâton

Bokken : le sabre en bois, Shoto : le sabre court en bois

Tanto : le couteau en bois

Les valeurs :

« Parfaite école d’enseignement, d’expérimentation et de développement des valeurs morales et physiques de la personne, l’Aïkido représente une méthode d’éducation complète »

1) Physique
La pratique de cette discipline améliore la santé par :
– le développement harmonieux de toutes les parties du corps
– l’augmentation de la souplesse des articulations
– la correction de la colonne vertébrale
– le contrôle de la respiration
– la relaxation
– l’endurance

2) Technique
L’étude des mouvements impose :
– l’étude du déséquilibre
– la connaissance et l’utilisation de l’énergie
– le développement des réflexes

3) Morale
La coordination physique et mentale, conditionne la réalisation de chaque technique, provoque en même temps que la transformation physique externe du corps une métamorphose interne morale.
Par le respect du bushido, code d’honneur et de morale traditionnelle des arts martiaux japonais et l’esprit particulier de non violence qui caractérise l’Aïkido, le pratiquant acquière les valeurs morales les plus élévées telles que :
– politesse
– modestie
– bonté
– loyauté
– fidélité
– honneur
-courage et parfaite maîtrise de soi